Entreprise > Notre histoire > D'hier à aujourd'hui

L' histoire de la société

En savoir plus depuis les débuts de l'entreprise et entamer un voyage à travers les événements les plus importants dans l'histoire de Villeroy & Boch AG.

  • 1700

    Une entreprise mondiale naît

  • Création de la société

    1748

    François Boch porte le titre de « Bombardier du Roi ». Pourtant, le fondeur originaire du village lorrain d'Audun-le-Tiche décide de changer de métier. En 1748, avec ses trois fils, il se lance dans la fabrication de vaisselle en céramique. Ainsi naît l'entreprise Villeroy & Boch.

  • Luxembourg

    1766

    Le Luxembourg faisant partie des premiers marchés des ventes des Boch, le fils de François, Pierre-Joseph, sollicite du gouvernement autrichien l'autorisation de fonder une manufacture dans la province luxembourgeoise. Il est choisi parmi les nombreux autres candidats et obtient ce privilège de la part de l'impératrice Marie-Thérèse. La nouvelle usine de Septfontaines/Luxembourg représente une étape importante entre le stade de la manufacture et la production en série préindustrielle. Comme marque de reconnaissance particulière, la faïencerie est autorisée à porter le titre de « Manufacture Impériale et Royale ».

  • Vieux Luxembourg

    1770

    La série d'articles des arts de la table « Vieux Luxembourg », mondialement appréciée, est un succès de toujours de la gamme Villeroy & Boch. Elle s'inspire du décor Brindille lancé par Pierre-Joseph en 1770. L'entrepreneur, concepteur talentueux, a lui-même créé toute une série de céramiques artistiques comme par exemple une jardinière à suspendre de style rocaille ou un pied de crucifix orné d'un serpent – tous deux exposés au musée de la céramique à Mettlach.

  • Producteur de céramique Villeroy

    1791

    Le négociant Nicolas Villeroy fait l'acquisition, conjointement avec deux partenaires, d'une fabrique de grès à Vaudrevange, aujourd'hui Wallerfangen. En 1797, elle devient sa propriété exclusive. Villeroy figure parmi les premiers céramistes à utiliser le charbon comme combustible. Afin de moderniser la production, il fait venir des spécialistes d'Angleterre et de France. Ses expériences portent principalement sur l'impression des décors. A partir de 1815, il applique la technique de la taille douce permettant de proposer les produits à des prix plus attrayants.

  • 1800

    De Mettlach au monde entier

  • ACQUISITION DE L'ANCIENNE ABBAYE DE METTLACH

    1809

    Jean-François Boch fait l'acquisition de l'ancienne abbaye bénédictine de Mettlachau bord de la Sarre. Il aménage ce bâtiment baroque pour une fabrication ultramoderne de vaisselle. presque entièrement mécanisée, concevant lui-même de nombreuses machines tout à fait nouvelles. Ses inventions ouvrent la voie à la production industrielle de la céramique qui était jusqu'alors essentiellement fabriquée de manière artisanale. L'"Ancienne Abbaye" abrite aujourd'hui encore le siège social du Groupe Villeroy & Boch.

  • l'engagement social

    1812

    Entrepreneur, Pierre-Joseph est également un pionnier de l'action sociale au début du 19e siècle. A Septfontaines, il crée la Confrérie Saint-Antoine avec notamment une assurance maladie, accident et invalidité ainsi qu'une caisse de retraite. En somme, une assurance sociale globale à laquelle cotisaient à la fois les employés et l'entreprise. Les prestations de la Confrérie Saint-Antoine dépassaient de loin celles que la loi allait ensuite imposer. Soixante-dix ans plus tard, elles serviront d'ailleurs de modèle à Bismarck lors de l'élaboration de la première assurance sociale allemande. En 1857, Léonie, la fille de Nicolas Villeroy, crée avec son mari Adolphe de Galhau la fondation Sainte-Sophie pour venir en aide aux familles nécessiteuses.

  • La production de la faïence

    1829

    Alors que la deuxième génération des Boch est déjà parvenue à optimiser la qualité des produits grâce à ses expérimentations sur les matériaux, c'est la troisième génération qui, avec Jean-François Boch, va franchir le seuil vers une étape décisive. L'entrepreneur, formé à l'Ecole des Sciences de Paris, réussit à développer une faïence d'un blanc d'une clarté lumineuse et extrêmement résistante. Ressemblant à s'y méprendre à la porcelaine, elle peut cependant être proposée à des prix nettement inférieurs. La voie vers la démocratisation des arts de la table est ouverte. Car la porcelaine, précieuse parce que rare et jusqu'alors réservée à la noblesse en raison de son prix, devient accessible au grand public grâce à cette innovation de la première heure. Ces produits ne sont toutefois pas seulement appréciés par le marché. Leur succès est important aussi auprès des instances officielles. Lors de la première Exposition commerciale de Berlin en 1822, les Boch obtiennent la médaille d'or. Celle-ci sera suivie de nombreuses autres distinctions nationales et internationales.

  • Accord de fusion entre Boch et Villeroy

    1836

    Les usines des entrepreneurs Boch et Villeroy sont situées à proximité l'une de l'autre. De temps à autre aussi, les deux concurrents qui commercialisent avec succès leurs produits au-delà des frontières allemandes se rencontrent. Pourtant, afin d'être en mesure de s'affirmer dans le contexte économique européen, et notamment face à l'industrie anglaise, dominante, ils concluent un contrat de fusion. C'est ainsi que naît l'entreprise Villeroy & Boch, unissant les forces de chacun – talent de création, esprit d'entreprise, puissance innovatrice et capacités de production – et faisant partie des premiers « global players » du 19e siècle.

  • Offre complète en tant que stratégie de l'entreprise

    1843

    Le concept d'offre complète, aujourd'hui partie intégrante de la stratégie de l'entreprise, trouve son origine au XIXème siècle déjà. En 1843, Villeroy et Boch fondent la Cristallerie de Wadgassen. Une extension de la gamme particulièrement attrayante : en produisant des verres, l'entreprise complète son offre d'articles des arts de la table, améliorant ainsi ses chances sur les marchés nationaux et étrangers. Toutes les villes allemandes sont régulièrement livrées. A partir de 1847, de gros envois interviennent en direction de Paris, Varsovie et Londres. Une nouvelle connexion au nœud ferroviaire de Mannheim facilite les exportations vers Moscou et Saint-Pétersbourg. Les ventes en Scandinavie, Italie, Espagne, Grèce, Suisse et Turquie se développent elles aussi. A compter de 1850 environ, les premiers chargements traversent l'Atlantique, vers l'Amérique du Nord et du Sud.

  • EXPOSITIONS UNIVERSELLES

    1851

    Le ministre prussien de l'économie choisit Villeroy & Boch pour participer à la célèbre exposition universelle de Londres. Dans une mise en scène grandiose, l'entreprise présente un nouveau type de céramiques d'usage courant et décoratives en porcelaine à l'os ainsi que des objets en grès richement ornés. Londres était la première étape d'une série d'apparitions prestigieuses dans les grandes expositions universelles du XIXème et du début du XXème siècle, comme par exemple à Philadelphie en 1876, à Paris en 1878 et 1900, à Chicago en 1893, à Saint-Pétersbourg en 1901 ou encore à Saint-Louis en 1904.

  • PLAQUES DE METTLACH

    1852

    Les richesses du passé peuvent bien inspirer le présent : lorsque des archéologues mettent au jour une mosaïque de sol romaine dans les environs de Mettlach, Eugen von Boch est chargé de la restauration. A la suite de cette découverte archéologique, lui et ses techniciens commencent à expérimenter sur des matériaux en vue de la fabrication de carreaux. Ils développent un procédé associant une résistance à l'abrasion hors du commun et une esthétique extravagante. Ces carreaux, produits à Mettlach depuis 1852, connaissent, associés à ce lieu, un succès mondial. Le demande est telle qu'en 1866, une usine spécialisée dans la production de carreaux est construite : la « Mosaikfabrik ». En 1879, Villeroy & Boch rachète une autre usine à Merzig ; celle-ci deviendra la première au monde pour la production de carreaux de sol.

  • Les marchés d'exportation sont ouverts

    1856

    Eugen von Boch (4e génération des Boch) sait parfaitement identifier les débouchés de l'avenir. Il crée la faïencerie de Dresde à partir de laquelle les nouveaux marchés d'exportation du nord et de l'est de l'Europe pourront être plus facilement ouverts et approvisionnés. Initialement limitée à la vaisselle, la production est rapidement étendue aux poêles en carreaux de faïence. Après le lancement de la fabrication de carreaux, c'est avant tout le département spécialement dédié à l'aménagement de magasins qui contribue à la renommée de l'usine de Dresde. L'exemple le plus réputé est à cet égard la crémerie de Dresde (« Dresdner Milchladen »), aujourd'hui l'une des principales attractions touristiques de la ville. Le café du musée de la céramique de Mettlach en est d'ailleurs une reproduction quasiment authentique avec ses carreaux faits et peints à la main. (voir 2007)

  • Première production de céramique sanitaire

    1876

    Déjà la production d'appareils sanitaires s'annonce. La faïencerie de Wallerfangen amorce la fabrication « d'objets de canalisation », la première céramique sanitaire de Villeroy & Boch. L'entreprise produisait des ustensiles de toilette à la fin du XVIIIème siècle déjà, dont de nombreuses réalisations spéciales comme celles destinées au mythique roi Louis II de Bavière.

  • Oeuvres artistiques en terre cuite

    1879

    Villeroy & Boch reprend et modernise une usine de poterie à Merzig et lance une nouvelle ligne de produits : des objets artistiques en terre cuite. La direction de l'atelier terre cuite est confiée au professeur thuringien Alexander Schmidt. Simultanément, les techniciens parviennent à tant améliorer les qualités de la terre cuite qu'elle finit par être supérieure à d'autres matériaux, même la pierre naturelle, en termes de robustesse et de résistance aux intempéries. Ces pièces en terre cuite qualifiées d'ornements architecturaux ont été vendues dans le monde entier et principalement utilisées pour des constructions de prestige comme les manoirs, les cathédrales, les banques et les palais – notamment le château de Herrenchiemsee, en Bavière. Les exemples encore conservés de cette céramique architecturale n'ont rien perdu de leur beauté authentique; la pierre aurait au contraire subi les assauts du temps et serait corrodée et recouevrte de mousse.

  • Vincent van Gogh

    1888

    Vincent van Gogh peint un portrait de son ami Eugène Boch, aujourd'hui exposé au musée d'Orsay à Paris. Ce tableau intitulé « Le poète » accompagnait Van Gogh durant tous ses voyages. Après la mort de Van Gogh, la belle-sœur de ce dernier en fait cadeau à Eugène, celui-ci le léguant à son tour au Louvre en 1942. Anna et Eugène Boch étaient eux-mêmes peintres néo-impressionnistes et entretenaient de nombreuses relations avec d'importants artistes de leur époque tels que Toulouse-Lautrec, Ensor et Van Gogh. Des lettres de Van Gogh témoignent d'ailleurs de l'amitié profonde qui le liait à Eugène.

  • L'activité des prescriptions commence

    1890

    Villeroy & Boch réalise un pavement mosaïque pour la cathédrale de Cologne, édifice d'une haute valeur symbolique nationale restauré au XIXème siècle. Cette mosaïque de 1300 m² est fabriquée et posée en l'espace de cinq ans. Parallèlement à la production industrielle de vaisselle et de carreaux, de nombreuses fabrications spéciales sortent des ateliers de Villeroy & Boch. Dans le domaine de la vaisselle notamment, l'entreprise devient le fournisseur des maisons royales et princières d'Europe ainsi que de la grande bourgeoisie. Dans le domaine architectural également, de nombreux édifices de prestige sont construits à l'aide de produits de Villeroy & Boch ou en sont équipés, par exemple le théâtre Bolchoï de Moscou ou encore le château du Prince de Thurn und Taxis à Ratisbonne. Dans le domaine de la prescription, piscines, hôtels, banques, hôpitaux, etc. sont équipés de produits Villeroy & Boch depuis le 19e siècle. L'entreprise dispose de capacités suffisantes et, avec ses ateliers et bureaux d'étude, du savoir-faire artistique et technique requis pour concevoir et réaliser les projets les plus personnalisés.

  • La production de masse de baignoires et de toilettes

    1899

    D'importantes découvertes scientifiques fondent les bases de l'hygiène moderne au XIXème siècle. En particulier, les produits sanitaires contribuent fortement à cette évolution. Aux alentours de 1900, ils sont encore peu répandus. C'est à cette époque que Villeroy & Boch lance sa production de masse de baignoires et de toilettes, l'amélioration apportée par l'entreprise à la technique de fabrication et au matériau étant décisive à cet égard. Le procédé de coulage de barbotine – la pâte céramique extrêmement fluide est coulée dans des moules - était la clef de la fabrication en grande série. Lorsque, par la suite, Villeroy & Boch introduit encore le grès sanitaire, une céramique particulièrement robuste qui se déforme à peine lors de la cuisson, la production à grande échelle peut débuter. Les équipements pour la salle de bains deviennent accessibles aux ménages moyens. Une contribution importante à la démocratisation de la culture du bain et de l'hygiène.

  • 1900

    Guerres mondiales, innovations et expansion

  • Première Guerre mondiale et les conséquences

    1920

    A la suite de la Première Guerre mondiale, la région sarroise est séparée de l'Empire allemand. Les usines s'y trouvant ne pouvant plus approvisionner le marché allemand, des fabriques sont acquises à Bonn, Torgau et Breslau. Cette même année voit le percement, aux Etats-Unis, du tunnel Holland sous la rivière Hudson. Pour cet ouvrage reliant New York au New Jersey (voir photo), Villeroy & Boch livre 10 000 m² de carreaux.

  • Bauhaus et Art Déco influencent le design

    1930

    Dans les années vingt et trente, le design est nettement influencé par le style Bauhaus et ses formes sobres, axées sur le fonctionnel, ainsi que par l'Art Déco, associant luxe et élégance. La palette des produits Villeroy & Boch en porte elle aussi la trace durant ces deux décennies. Dès le tournant du siècle, Henry van de Velde, fondateur de « l'Ecole des Arts et Métiers », précurseur du Bauhaus, travaille pour Villeroy & Boch. En 1919, il est à l'origine, avec Walter Gropius, du mouvement Bauhaus. Peter Behrens, co-fondateur du Deutscher Werkbund, en français, l'Association allemande des artisans, a lui aussi créé des lignes de vaisselle et de carreaux pour l'entreprise.

  • La Seconde Guerre mondiale

    1939

    Les usines de Villeroy & Boch dans toutes les régions d'Allemagne sont fortement endommagées durant la Seconde Guerre mondiale. A l'issue du conflit, Villeroy&Boch est exproprié de ses usines à Breslau, Dresde et Torgau. Celles situées dans la Sarre sont intégrées à l'espace économique français jusqu'à la réforme monétaire de 1959.

  • CREATION DE NOUVELLES PORCELAINES

    1959

    Lancement à Septfontaines, Luxembourg, de la production de vitro-porcelaine. Grâce à sa robustesse et à sa résistance aux rayures, elle est également utilisée dans le secteur de la restauration. Avec Fine Vilbo China, Villeroy & Boch apportera plus tard une nouvelle amélioration associant la blancheur noble de la porcelaine à l'exceptionnelle solidité de la vitro-porcelaine, idéale pour l'usage courant.

  • engagement local

    1960

    Inauguration du SOS Village d'enfants de Hilbringen, le troisième en Allemagne, en présence de Madame Lübke, épouse du Président de la République fédérale d'Allemagne. Le village d'enfants a été construit à l'initiative et avec le soutien massif de Luitwin II von Boch et de sa femme Béatrice. Aussi la conception architecturale du village d'enfants sarrois a-t-elle été assurée par le département construction de Villeroy & Boch.

  • Les Activités outre-mer intensifient

    1971

    La première grande livraison de vaisselle part pour le Japon. Simultanément, les exportations vers les USA s'intensifient. Toute une série d'éditions spéciales est créée pour ce marché. La division Vaisselle est rebaptisée « Arts de la Table » : c'est le début de l'évolution vers l'offre globale. La créatrice Helen von Boch conçoit des séries résolument modernes, en partie d'inspiration extrême-orientale. La plus connue d'entre elles est la « Boule ». Elle renferme un service de table complet et constitue également une véritable performance en terme de technique de fabrication.

  • Coopération avec Luigi Colani

    1975

    A la demande de Villeroy & Boch, Luigi Colani développe un concept tout à fait nouveau pour la salle de bains, redéfinissant celle-ci comme un espace de vie et un lieu de régénération. Il est le premier à considérer l'aspect ergonomique de la pièce, avec une optimisation globale des fonctionnalités et des teintes individualisées. Jamais non plus auparavant, une ligne de design unique n'avait été conçue pour l'ensemble des éléments de la salle de bains. Le design des décennies futures s'en trouve influencé et l'ensemble de la branche, révolutionné.

  • Développement du premier bone china de Villeroy & Boch

    1976

    Villeroy & Boch fait l'acquisition de la société Heinrich à Selb, une manufacture de porcelaine bénéficiant d'une longue tradition. Dans cette usine, de la vaisselle en bone china est fabriquée à partir de 1980. Villeroy & Boch est alors le premier producteur à en commercialiser sur le continent européen. (L'entreprise en avait déjà réalisé quelques séries au XIXème siècle.) Le bone china a la réputation d'être la plus noble de toutes les porcelaines. Sa fabrication requiert un savoir-faire technique particulier. Avec cette porcelaine de grande valeur, l'entreprise étend non seulement son offre de matériaux, mais conquiert également de nouveaux marchés.

  • Vaisselle pour le pape

    1980

    Villeroy & Boch réalise la vaisselle papale pour Pie XII. L'entreprise conçoit et produit également la vaisselle pour ses successeurs. Ornée du blason du souverain pontife respectif, elle est utilisée lors des réceptions officielles au Vatican. En 1959, pour Jean XXIII, en 1964, pour Paul VI. Wendelin von Boch remet la vaisselle papale à Jean-Paul II lors d'une audience privée en 1980 et à Benoît XVI en 2007.

  • Restructuration de l'entreprise

    1982

    L'entreprise Villeroy & Boch est restructurée. Au regard de la stagnation permanente du secteur du bâtiment et d'une concentration massive dans le commerce, le traitement du marché est réorganisé sur de nouvelles bases. Livraison et suivi de la clientèle n'interviendront plus désormais par le biais des différentes usines, mais de manière centralisée. L'entreprise est subdivisée en trois départements : Sanitaire, Carreaux et Vaisselle/Cristal. La stratégie du « clé en main » permet à Villeroy & Boch de réagir rapidement et avec souplesse aux exigences et souhaits de ses partenaires du commerce, de l'artisanat et du secteur de la prescription tout en restant proche du client.

  • Campagne publicitaire avec Helmut Newton

    1985

    Villeroy & Boch lance l'une des campagnes publicitaires les plus spectaculaires et artistiquement les plus intéressantes de la décennie. Helmut Newton, star parmi les photographes, est chargé de réaliser 14 motifs d'affichage annonces pour la Division Sanitaire. Sur ces clichés en noir et blanc, des mannequins aux jambes interminables présentent les nouveaux produits sanitaires dans des mises en scène à l'esthétique purement newtonienne. Pour les publicitaires du magazine Cosmopolitan, c'est la « Campagne de l'année ». Vingt ans plus tard, une exposition spéciale au Musée de la céramique « En avance sur leur temps – Helmut Newton et Villeroy & Boch » rappelle cette campagne publicitaire progressiste, autrefois considérée comme provocatrice.

  • Nouvel élan avec "Mix & Match"

    1986

    Les mutations sociétales en liaison avec le nombre croissant de célibataires débouchent sur de nouvelles habitudes de vie et de consommation - également dans le domaine des arts de la table. Avec une idée innovatrice, le « Mix & Match », Villeroy & Boch apporte une réponse aux problèmes suscités par ces nouveaux comportements. Il est ainsi possible de combiner librement les décors et de réassortir les éléments selon ses besoins individuels. Le consommateur n'est dès lors pas contraint d'acheter une vaisselle de douze couverts. Il pourra bien davantage donner un visage sans cesse différent à sa table grâce à de la vaisselle de styles certes différents, mais parfaitement harmonisés. Les produits « Mix & Match », redonnant une nouvelle impulsion au marché, connaissent un succès international. Ils continuent d'ailleurs d'influencer aujourd'hui encore la manière de dresser la table et, en premier lieu, le style de vaisselle moderne.

  • SPEACIALISATION DANS LA PORCELAINE POUR LE SECTEUR HÔTELIER

    1989

    Au Luxembourg, une seconde usine de vaisselle démarre ses activités. Elle est spécialisée dans la production de porcelaine d'hôtel. La Division Hôtel fait aujourd'hui partie des premiers fournisseurs mondiaux d'articles des arts de la table pour l'hôtellerie et la restauration non seulement en raison de sa large gamme de produits de qualité supérieure, mais également du fait du service parfaitement adapté qu'elle propose à ses clients. Grâce à ses quatre segments de lifestyle et des réalisations spéciales sur mesure, Villeroy & Boch peut apporter des réponses parfaitement individualisées, en fonction du caractère des établissements. Ainsi des hôtels et des restaurants de la catégorie moyenne à supérieure sont-ils équipés de vaisselle Villeroy & Boch partout en Europe, en Amérique et en Asie.

  • VILLEROY&BOCH COTE EN BOURSE

    1990

    Après une profonde restructuration de l'entreprise, une réorientation stratégique et le changement de statut juridique, la société en commandite devenant société anonyme, Villeroy & Boch fait son entrée en bourse. C'est le début d'une nouvelle phase des activités de financement.

  • Villeroy & Boch se développe en Hongrie et en Roumanie

    1992

    Villeroy & Boch prend une participation majoritaire dans la société Alföldi Porcelángyár, premier fabricant de céramique sanitaire en Hongrie. Quatre ans plus tard, l'entreprise en fera de même pour le producteur de céramique sanitaire roumain Mondial S.A. Les années qui suivent voient la réalisation d'autres acquisitions stratégiques permettant l'extension du portefeuille de produits et, simultanément, le traitement des marchés locaux respectifs. (voir 1999)

  • L'ENTREPRISE célèbre 250 ans d'existence

    1998

    250e anniversaire de l'entreprise. De hauts responsables politiques européens participent aux célébrations organisées à Mettlach : Helmut Kohl, alors chancelier fédéral, Jean-Claude Juncker, premier ministre luxembourgeois, Dominique Strauss-Kahn, ministre français de l'économie et des finances, Oskar Lafontaine, ministre-président sarrois. Dans son discours, Helmut Kohl qualifie Villeroy & Boch d'« Européen de la première heure ». La même année, Wendelin von Boch, représentant la 8e génération de la famille fondatrice, est nommé président directeur général. Sous sa direction, le Groupe poursuit sa modernisation et mène à bien la reconversion de l'entreprise qui, de céramiste axé sur la production devient prestataire européen de style de vie. Au centre de cette démarche se trouve le concept marketing et de distribution « The House of Villeroy & Boch » dont la mise en œuvre généralisée fait partie des objectifs stratégiques du Groupe. Ce concept intègre une offre complète et extrêmement différenciée, avec des possibilités de combinaisons individuelles. Les produits sont également présentés « en situation », de manière tout à fait inédite, dans un environnement réaliste privilégiant l'émotionnel. Afin de compléter cette offre de manière cohérente, la stratégie de diversification est poursuivie à travers de nouvelles acquisitions. Considérant la mutation des marchés mondiaux, von Boch renforce encore, durant les années qui suivent, l'internationalisation et la globalisation de l'entreprise, plaçant la marque au centre des activités.

  • Le coeur de métier du groupe

    1999

    Prestataire de style de vie, Villeroy & Boch mise sur la globalité et la diversification de l'offre si bien que des solutions complexes de design intérieur peuvent être proposées. Les cœurs de métier du Groupe se définissent ainsi : « La salle de bains clé en main », « Tout pour la table » et « Des carreaux pour le secteur privé et le domaine de la prescription ». Afin d'être en mesure de proposer cette palette complète de produits, Villeroy & Boch procède à de nouvelles acquisitions : en 1999, Ucosan B.V., Pays-Bas, fabricant de baignoires et de receveurs de douche en matériaux de systèmes balnéo et de systèmes de douche vapeur ; en 2000, Gustavsberg, Suède, fabricant de sanitaire et de robinetterie ; en 2001, db – Das Bad, fabricant autrichien de mobilier pour salles de bains.

  • 2000

    Suivre de nouvelles voies en ce nouveau millénaire

  • EXPANSION ET AUTOMATISATION DANS LES USINES

    2001

    Villeroy & Boch reprend Vagnerplast, fabricant tchèque de baignoires et de receveurs de douches en matériaux de synthèse, de systèmes balnéo et de cabines de douche. Comme sur d'autres sites est-européens, des produits tributaires du facteur main-d'œuvre y sont fabriqués tandis que les usines d'Europe centrale sont automatisées. Un gage d'avenir. Cette amélioration de la structure industrielle associant les procédés de fabrication hautement automatisés de l'ouest et une production à moindres coûts sur les sites d'Europe de l'est se trouve au centre de la mutation du Groupe.

  • CONCEPT D'EXPOSITION MODERNE POUR LE MUSÉE DE LA CÉRAMIQUE À METTLACH

    2002

    La collection rassemblant 17 000 céramiques se voit attribuer un nouveau domicile : le « musée de la céramique de Mettlach ». Un concept d'exposition novateur alliant avec brio la tradition et la modernité de la maison Villeroy & Boch constitue le cadre idéal pour les précieux objets exposés, qui représentent pas moins de cinq siècles d'histoire. A travers des exemples choisis, le visiteur découvre de façon très concrète la métamorphose des objets de la vie quotidienne. Au centre de thérapie Schaumberger Hof à Tholey / Sarre, le « Villeroy & Boch Kinderland » est inauguré. Dans le cadre de leur cure de désintoxication, les patients, accompagnés de leurs enfants, y bénéficient du soutien de professionnels afin de maîtriser les séquelles de leur maladie et de faciliter la réinsertion. Le financement en a été assuré par le biais de l'initiative « Verlassene, vergessene Kinder » - enfants abandonnés, oubliés – engagée par Villeroy & Boch à l'occasion du 250e anniversaire de l'entreprise, en 1998. Les salariés, le comité d'entreprise et la direction se sont associés à ce projet et continuent de le soutenir.

  • Restauration et retour DE LA FONTAINE DE « SCHINKEL »

    2003

    Après d'importants travaux de restauration pris en charge par Villeroy & Boch et la Fondation allemande pour la sauvegarde des monuments, la « Fontaine Schinkel » retrouve son emplacement d'origine dans le parc de l'Ancienne abbaye. Il s'agissait d'un cadeau de courtoisie offert en 1833 à Jean-François Boch par le prince héritier Frédéric-Guillaume. Elle avait été dessinée par Karl Friedrich Schinkel, architecte de la Cour de Prusse.

  • EXPANSION SUR LES MARCHÉS À FORTE CROISSANCE

    2004

    Ouverture d'une succursale de la Division « Salle de bains et Wellness » à Shanghai. Celle-ci est destinée à traiter le marché chinois qui, avec un segment de consommateurs à fort pouvoir d'achat et attentif aux marques, recèle un grand potentiel pour Villeroy & Boch. Il s'agit là d'une nouvelle étape vers un renforcement de la position de l'entreprise sur d'importants marchés de croissance dans le sillage de la globalisation.

  • L'innovation NewWave

    2005

    Villeroy & Boch reçoit le « Prix de l'innovation de l'économie allemande » dans la catégorie « Petites et moyennes entreprises », trophée décerné en récompense du design et de la technique de production de la tasse NewWave. Cette distinction vient confirmer le bien-fondé d'une stratégie d'entreprise qui fait de la volonté d'innover, déterminante pour l'image de marque, la clé du succès sur les marchés internationaux.

  • RÉORGANISATION DE L'ENTREPRISE

    2007

    Villeroy & Boch cède 51 % de V & B Fliesen GmbH à Eczacibasi, un puissant groupe industriel turc. Les sites allemands et français sont conservés. Réorganisation du Directoire après le départ de son Président Wendelin von Boch, qui rejoint le Conseil de Surveillance. Frank Göring est porte-parole de l'entreprise et par ailleurs responsable des divisions Salle de Bains et Wellness et Arts de la Table. Le membre du Directoire Manfred Finger dirige les secteurs Finances et Personnel et assume également les fonctions de directeur du travail. Volker Pruschke prend quant à lui la tête du nouveau département du Directoire baptisé « Développement de l'entreprise ». La poursuite de l'internationalisation se trouve au cœur de la stratégie de distribution : en 2007, de nombreux nouveaux points de vente sont créés dans le domaine des arts de la table, notamment des « Houses of Villeroy & Boch » sur les nouveaux marchés de croissance – la Chine, l'Inde et les pays arabes. Ainsi par exemple à Peking, à Bombay, à Haidarabad, à Casablanca, au Qatar, à Alger, en Jordanie, en Arabie Saoudite. Le musée de la céramique est doté d'un café très particulier réalisé d'après des plans datant du XIXème siècle. Villeroy & Boch concevait et réalisait alors de nombreux immeubles commerciaux. Parmi eux, en 1892, la « crémerie » de Dresde dont se sont inspirés les concepteurs du café. Pratiquement tous les éléments d'aménagement sont composés de carreaux aux décors artistiques. Pièce unique de l'architecture d'intérieur, le café du musée est un autre joyau proposé au visiteur.

  • Internationalisation en Asie

    2008

    Villeroy & Boch poursuit sa stratégie axée sur l'internationalisation et se porte acquéreur de la société Nahm Sanitaryware Co, Ltd., installée à Bangkok. Une plateforme permettant de mieux exploiter le potentiel commercial important de l'Asie est ainsi créée dans cette région du monde. Villeroy & Boch reprend le fabricant de meubles Sanipa, sis à Treuchtlingen, Allemagne, afin d'accroître sa gamme de mobilier de salle de bains très appréciée dans le monde entier et de procéder à un développement stratégique de sa position dans ce secteur.

  • OPTIMISATION DE LA COMPÉTITIVITÉ

    2009

    Dans le contexte de la crise financière mondiale, qui a affecté le chiffre d'affaires des deux Divisions, Villeroy & Boch adopte une série de mesures destinées à accroître sa compétitivité. Elles comprennent notamment la spécialisation des sites, la création de centres de compétences et l'automatisation progressive des processus de production.

  • Coopération avec Rödl & Partner

    2010

    Villeroy & Boch et la société internationale d'audit et de conseil Rödl & Partner créent une joint-venture chargée de conseiller les PME dans le cadre de l'optimisation de leurs processus commerciaux et de la mise en place de solutions SAP intégrées. Rödl & Partner prend par ailleurs en charge l'exploitation de l'infrastructure IT mondiale de Villeroy & Boch.

  • Extension du conseil d'administration

    2015

    Avec effet au 1er janvier 2015, le Directoire de Villeroy & Boch AG a nommé Dr. Markus Warncke Directeur de Finances de Villeroy & Boch AG. Il succède ainsi à Jörg Wahlers qui avait quitté l’entreprise au printemps 2014. Dr. Warncke travaille au sein de Villeroy & Boch depuis 2001 et assume en tant que Directeur des Finances la responsabilité des domaines financiers, impôts, systèmes informatiques, achats, biens immobiliers et audit.